L’homme qui rit, Victor Hugo

l'homme qui rit

 

 

Voici une oeuvre absolument remarquable !

Un enfant est abandonné sur un quai par une bande de brigands et va être recueilli par des saltimbanques. Sa mutilation au visage va attirer les foules, le succès sera au rendez-vous. Cependant toute cette histoire cache un secret.

Il y a dans ce roman relativement peu de personnages mais leur richesse et leur profondeur les rendent très attachants et constitue un récit très complet et accompli. Il s’agit d’une histoire triste mais vraiment belle. Il s’agit d’une histoire d’amour et de désespoir qui se lit facilement grâce au style efficace de Victor Hugo.

Gwynplaine est laid mais profondément bon et intelligent. Misérable au début, il va sous les traits d’un Ruy Blas ou d’un Mr Madeleine s’adresser au monde et aux puissants afin de défendre les faibles. Cet exercice de style est très habituel chez Victor Hugo et toujours mené avec main de maître. J’ai beaucoup aimé les personnages qui finalement sont parfois davantage bêtes qu’humain. Homo et Ursus ont une présence rassurante et paternelle sur les enfants Gwynplaine et Déa. Ces derniers, très amoureux, resteront fidèles jusqu’à la dernière ligne.

Le contexte historique du roman est très très précis. Victor Hugo est à l’aise en Angleterre comme il l’est en France. Cela permet de s’impliquer pleinement dans le contexte de l’époque et dans les évènements qui y sont associés.

Une très belle lecture pour une très belle oeuvre.

Partager sur :
Share on Facebook0Tweet about this on Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *