Le chant des plaines, Kent Haruf

 

Kent Haruf nous propose tout au long du livre de faire la connaissance de personnages attachants, sensibles, plongés dans un décor calme et sauvage. Il nous décrit la vie de ces personnes comme s’il avait posé une caméra le temps de quelques mois pour nous donner à voir un moment de leur existence. Tout est en justesse et en retenue, en violence aussi ; comme la vie.

L’émotion est palpable à de très nombreuses reprises tout au long du livre, on est touchés par les destins de ceux qui vivent dans ce chant des plaines. La simplicité de l’écriture sert une intrigue succinte mais tout en caractère, qui émeut le lecteur.

J’ai particulièrement aimé les frères McPheron, maladroits mais tellement généreux sous leur tignasse grise et leurs chapeaux rapiécés. On les imagine tellement ne pas oser, douter, hésiter … et finalement aimer, ils sont pour moi les plus attendrissants.

Haruf nous présente finalement une galerie de personnages plus attachants les uns que les autres avec leurs faiblesses, leurs forces, leurs histoires. Ça berce, ça charme l’esprit, c’est bon !

Un dernier petit mot sur la qualité du papier sur lequel est imprimé ce texte qui en renforce juste ces quelques très bonnes impressions.

J’ai passé d’excellents moments en compagnie de cet ouvrage que j’ai terminé de lire dans un rayon de soleil, comme pour saluer ma savoureuse lecture.

Partager sur :
Share on Facebook3Tweet about this on Twitter

2 commentaires


    1. Ca vaut le coup de tenter, c’est dépaysant 😉

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *