A l’école des plus pauvres, Quentin de Veyrac

 

Voici un livre que j’étais contente de recevoir grâce à la masse critique Babelio. C’est exactement le type de livre que je lisais étant adolescente, des ouvrages qui mêlaient aventure, voyage, solitude parfois. Je lisais par exemple, Longue Marche de Bernard Ollivier ou encore Du vent dans les rêves d’Helen Mc Arthur en passant par Anapurna premier 8000 de Maurice Herzog et me replonger dans ce type d’ouvrage m’a rendue assez nostalgique.

Dans ce récit que nous propose Quentin de Veyrac, l’aspect religieux est très présent, je ne m’attendais pas à ça et quand on n’est pas trop sensible à la religion ça peut surprendre au début. Mais finalement ça n’est pas trop pesant. Malgré tout on se laisse porter par tout le reste, l’Aventure, les rencontres humaines, le cheminement du protagoniste, ses interrogations prennent toute la place de cet ouvrage que je me réjouissais beaucoup de retrouver le soir pour quelques pages.

Le chemin, la réflexion spirituelle de Quentin ne représente qu’une partie de l’ouvrage et pas des moindres… Il évoque la prière en la comparant parfois à de la méditation – ça, j’ai plutôt bien aimé – il parle de son cheminement vers Dieu et donc vers les autres, j’ai trouvé ça très intéressant aussi.

L’humour n’est pas en reste, on galère parfois avec ces trois jeunes gens, on sue avec eux entre bitume et soleil accablant, cet aspect de l’ouvrage est sans doute le plus séduisant. Dès les premières pages du récit on sent rapidement que l’on ne va pas s’ennuyer et effectivement, ça n’a pas du tout été le cas pour moi. A l’école des plus pauvres, entre bonheur, humanisme et solidarité …

Partager sur :
Share on Facebook40Tweet about this on Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *