Vendredi ou les limbes du pacifique, Michel Tournier

39499-gf

Pour avoir lu à plusieurs reprises le roman jeunesse inspiré de cette histoire, j’ai retrouvé avec plaisir les descriptions de Michel Tournier qui peuvent être longues et fastidieuses mais passionnantes quand on parvient à s’y plonger avec attention.

« L’ile était derrière lui, immense et vierge, pleine de promesses limitées et de leçons austères. »

L’île Speranza s’embellit sous la plume de l’auteur, on ne peut ressentir qu’une certaine pitié pour ce pauvre Robinson qui tente alors de survivre seul à sa mésaventure sur cette île paradisiaque.

Je connais très bien le roman jeunesse Vendredi ou la vie sauvage et le trouve finalement bien plus léger – et c’est normal – que la version qui
fait objet de cet article. Ici, le personnage de Robinson est bien plus complet, plus philosophe, ses longues introspections dans son journal nous permettent de mieux comprendre sa solitude, son désœuvrement. Justement, à ce propos, je suis assez surprise de son rapport physique à l’île dans laquelle il se perd corps et âme, surtout de corps d’ailleurs, c’est assez déconcertant …
Il y a par ailleurs moins de tabou dans sa relation à Vendredi, ses décisions ou ses envies sont parfois impétueuses voire extrêmes, je ne m’attendais pas à autant de confusion … J’ai réellement redécouvert ce récit que je pensais pourtant bien connaître.

Ce mythe de l’île déserte reste universel et efficace et surtout inspirant au point de nourrir la tentation – ou le risque – des grandes productions télévisées de vouloir faire survivre de faux naufragés dans les endroits les plus reculés du monde qui ne le sont finalement plus tant que ça, de nos jours … Il est fascinant de se demander jusqu’où la solitude peut mener un homme, c’est une question universelle car elle reste finalement sans réponse, chacun donc de pouvoir imaginer ce que ferait son Robinson à vivre de telles péripéties. Ces histoires qui s’inspirent de ce mythe au cinéma ou ailleurs sont avant tout humaines, profondément humaines.

Je suis ravie d’avoir pu, à travers cette lecture, compléter celle du roman jeunesse. J’ai pu davantage apprécier et comprendre le travail de Michel Tournier dans la rédaction de ce beau roman d’aventures.

Défi Lecture « XXème siècle »

Partager sur :
Share on Facebook0Tweet about this on Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *