Remplaçante

Vivre une fin de remplacement long de 9 mois sans pouvoir dire au revoir ni à ses élèves ni à ses collègues avec lesquels on a eu tout le temps de vivre une vraie complicité professionnelle.

Être TZR, c’est cruel.

Partager sur :
Share on Facebook0Tweet about this on Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *