Ne crie jamais Victoire, Agnès Boucher

Agnès boucher écrit comme Michel Bussi – et c’est un compliment – elle pose son décor, elle prend le temps de construire ses personnages, elle mène son intrigue assez lentement sans que cela soit frustrant, tout est savamment bien dosé.
Les personnages m’ont plu, leur ambiguïté aussi, je les ai trouvés riches et singuliers, et donc attachants.
Je n’ai pas l’habitude de lire de polar, ce n’est pas mon genre de prédilection, ceci dit, je suis toujours fascinée par la façon dont les auteurs parviennent à nous surprendre et là, j’ai été surprise. On ne s’attend pas à ce dénouement et c’est bon !

Agnès Boucher use d’un style efficace et de qualité. Le vocabulaire est riche et soigné. Elle n’hésite pas non plus, parfois, à lancer quelques traits assez frappants : « Ce siècle fou de jeunisme a beau prétendre le contraire,chacun ira pourrir sous terre, lifté ou pas. »

« Je hais la paix, elle ressemble trop à la mort. »

« Les gens adorent sortir des horreurs sur les autres. Ça évite qu’on en dise trop sur leur propre compte. »
Une lecture bien agréable à découvrir en cette période estivale !

Partager sur :
Share on Facebook7Tweet about this on Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *