L’oeuvre au noir, Marguerite Yourcenar

9782070367986FS

Comme je suis contente d’avoir pris soin de réaliser cette lecture sur liseuse ! J’ai ainsi pu faire face avec efficacité au vocabulaire parfois ardu que nous propose Marguerite Yourcenar (merci très cher dictionnaire !) à la hauteur de l’histoire qu’elle nous conte. Zénon est un personnage que j’ai trouvé profondément passionnant, j’ai beaucoup beaucoup aimé lire les dialogues qu’il entonne avec les différents autres protagonistes ainsi que ses réflexions qui peuplent ce roman. Le point de vue interne permet une réelle analyse des pensées de cet individu singulier. J’ai apprécié sa liberté de penser, son indépendance qui le perdront, peut-être … Quelle fin et quel esprit !

Un roman donc qui prend parfois des airs d’essai philosophique tellement la réflexion est poussée et nous offre de vrais moments d’introspection. Je regrette presque que ces passages soient interrompus par des rétrospectives sur la vie des personnages qui hachent ces traits d’esprit. C’est ce que j’ai finalement trouvé juste un peu lassant dans le début ma lecture qui dans l’ensemble a été riche et intéressante mais parfois aussi ennuyeuse sur certains passages …

Par ailleurs, l’aspect historique m’a laissée pantoise n’étant absolument pas une spécialiste en la matière, j’avoue ne pas avoir approfondi cet aspect de l’oeuvre montrant à quel point – finalement – cette dernière peut être lue à différent niveau en fonction de ce qu’on souhaite y découvrir …

Néanmoins, je ne garderai pas un souvenir indélébile de cet ouvrage qui a sans aucun doute pléthore de qualités mais qui ne m’a pas transportée outre mesure. Je suis malgré tout satisfaite d’avoir pu m’y confronter.

« On avait toujours vu les petits se faire tondre et les puissants s’emparer de la laine. »

Défi lecture « XXème siècle »

 

Partager sur :
Share on Facebook0Tweet about this on Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *