Le passeur, Lois Lowry

le passeur

Le meilleur des mondes d’Aldous Huxley, voilà à quoi ce livre me fait penser.

Les enfants sont conçus par des mères porteuses et confiés à des nourriciers qui se chargent de les placer dans des « cellules familiales ». A 12 ans le comité des sages attribue un métier à chaque enfant : ingénieur, éboueur, mère porteuse (ce qui est considéré comme peu glorieux), juge, instructeur … Les enfants sont des « un-an, sept-ans, neuf-ans » à chaque âge correspond une cérémonie particulière et à partir de 12 ans, les années ne sont plus comptées, les enfants sont adultes et deviennent des « citoyens en formation ». Dès qu’un jeune homme ou une jeune femme ressent des « stimulations » il prend la pilule afin que celles-ci s’arrêtent, la société est conçue sur l’Identique …

Voici un extrait des règles du monde que nous décrit Lois Lowry . Nous suivons la vie de Jonas, un-onze-ans, qui évolue dans cet univers. Nous allons vivre son destin exceptionnel et son histoire étonnante.

J’aime beaucoup ces ouvrages qui nous donnent à voir un monde qui ressemble tellement au notre mais qui est en tout point différent, quoique … J’aime cette littérature d’anticipation qui nous confronte à nos libertés, à nos vies, à nos sociétés, à nos modes de pensées sans trop nous le dire, en nos laissant le comprendre, bref, c’est pour ces livres là que je continue de lire.

J’aime ces histoires car elles me secouent, elles me bousculent et m’incitent à réfléchir. De nombreuses fois, au cours de ma lecture, j’ai refermé le livre, je me suis pincé les lèvres une main sur le front en signe de réflexion en me disant : « Mais que c’est effroyable …! » Mais c’est ça qui est tellement bon !

Un coup de coeur sans équivoque à part peut être la fin qui laisse un peu perplexe. A vous de voir !

Partager sur :
Share on Facebook0Tweet about this on Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *