Le degré zéro de l’écriture, Roland Barthes

41dvUCJoOUL._SX301_BO1,204,203,200_

Dans cet essai Roland Barthes nous propose une analyse presque scientifique de l’écriture. Il étudie entre autre l’impact de l’Histoire sur celle-ci, l’importance et l’indépendance du style qui se construit sur le vécu de l’écrivain, l’emploi du passé simple et de la troisième personne du singulier dans le roman …

Les nombreux exemples que propose Barthes pour illustrer son propos (la littérature Marxiste, Agatha Christie, Balzac …) éclairent le texte et la dense réflexion qui l’habite. En effet, il convient de s’atteler à cet essai avec suffisamment de disponibilité d’esprit pour pouvoir en saisir toute l’essence. D’ailleurs, je pense honnêtement ne pas avoir tout saisi malgré mes nombreux griffonnages et prises de notes au hasard des marges au cours de ma lecture.

J’ai particulièrement apprécié le mépris de Barthes pour la métaphore que je qualifierais de « commerciale » au cours de la diatribe qu’il adresse au naturalisme ainsi que la nécessité d’appréhender le langage réel dans la littérature afin de rendre l’acte littéraire plus humain. Aussi, l’analyse de L’île mystérieuse de Jules Verne vers la fin de l’ouvrage m’a quelque peu enthousiasmée surtout que je viens de finir Vendredi ou les limbes du pacifique qui reprend les mêmes traits aventuriers. J’ai ainsi pu prolonger agréablement cette lecture.

Par ailleurs, dans les nouveaux essais critiques Barthes propose des analyses très intéressantes des Maximes de La Rochefoucault ou des œuvres de Proust ou Flaubert, Il n’est finalement pas si difficile de se confronter à ces pensées si on ne connait pas ces œuvres, ça a été le cas pour La vie de Rancé de Chateaubriand que je ne connaissais pas et dont j’ai trouvé l’analyse fort éminente.

J’ai retrouvé dans cette relecture le même plaisir que j’avais eu la première fois à m’y confronter. J’aime ce regard technique que propose Barthes sur l’écriture et ce qui la constitue. Il la fait exister, il en analyse les procédés, il la rend vivante ; pour moi, ce fut une très belle redécouverte et – finalement la réminiscence de très bons souvenirs estudiantins.

Défi Lecture « XXème siècle »

Partager sur :
Share on Facebook0Tweet about this on Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *