La Tulipe noire, Alexandre Dumas

C’est l’histoire d’une histoire d’amour entre un homme et ses fleurs. Les tulipes sont les compagnes de Cornellius, elles sont sa raison de vivre. Il va cependant devoir se séparer avec une profonde douleur de (ses) son trésor(s) le temps de faire face à une accusation inattendue et peut-être fatale …

Dumas nous propose une nouvelle fois de faire la rencontre de personnages envieux, orgueilleux, mauvais et par conséquent détestables. L’auteur enfonce sa plume dans les travers de l’humain, dans la jalousie, la rivalité mais aussi dans l’honnêteté, la fidélité, l’héroïsme et l’amour. Les protagonistes deviennent dans l’esprit du lecteur des voisins, des connaissances, des amis, des camarades. Tous sont attachants et profondément réalistes.

Dumas va traiter de son thème de prédilection, la vengeance.

J’avais oublié à quel point il jouait – au risque de rendre son récit très manichéen – à rendre certains de ses personnages pervers et malfaisants. Il nous propose un récit parfois construit comme un bon polar où l’accusé à tort doit se battre pour prouver sa bonne foi, où l’opposant devient l’ennemi à abattre. Le récit en est haletant, passionnant, inarrétable. Les rebondissements sont certes prévisibles et attendus mais vraiment efficaces !

Il faut néanmoins s’accrocher à la lecture le temps des deux premiers chapitres. Le contexte historico-politique que nous propose Dumas est dense et peut décourager un lecteur fatigué. L’occasion est très belle cependant de découvrir les caractéristiques du roman historique … L’auteur laisse heureusement place très rapidement à son intrigue. Ne vous laissez pas accabler par ces quelques premières pages le reste du roman est juste excellent !

Partager sur :
Share on Facebook0Tweet about this on Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *