La peau de chagrin, Honoré de Balzac

la peau de chagrin

 

 

Raphaël, triste et mal à en mourir entre un jour chez un antiquaire qui lui vend une peau de chagrin au pouvoir spécial. En effet, celle-ci pourra lui permettre d’obtenir tout ce qu’il souhaite, cependant  à chaque vœu exaucé la peau de chagrin se déduit, s’amenuit … Argent, Amour, Possessions matérielles, Raphaël devient riche et célèbre mais cela suffira-t-il à faire son bonheur ?

La peau de chagrin mène une réflexion sur la possession matérielle mais également sentimentale. En effet, même avec un soupçon de surnaturel les sentiments ne s’achètent pas. L’amour, dans ce roman est parfois véritable mais aussi mensonger voire assassin, généré par le pouvoir de la fameuse peau, et donc inassouvi, artificiel et inaccessible. Au delà du caractère fantastique une large part de ce roman reste romantique, Raphaël passe inexorablement de la satisfaction à la mélancolie la plus sévère …

Même avec le pouvoir le plus ultime, le protagoniste ne parvient pas à trouver le repos. Malgré cela il s’obstine et tente de prolonger inexorablement ses facultés merveilleuses soulignant ainsi toute la dépendance du personnage et surtout sa recherche d’un bien être inaccessible et pourtant tout proche.

Cette peau de chagrin ne serait-elle finalement pas la métaphore de l’égoïsme ou de la futilité !? Cette volonté de vouloir toujours tout avoir en se souciant davantage de son bien être que de celui des autres ; mais sans en être jamais rassasié et repu. Enfin, faut-il chercher à tout prix à réaliser tous ses désirs pour être heureux ? Cet ouvrage offre une multitude de réflexions, et si à notre tour nous recevions une peau de chagrin ? Qu’en ferions-nous ? Peut-être s’agit-il là finalement de sceller un pacte avec le diable que de l’accepter.

Logo Livraddict

Partager sur :
Share on Facebook0Tweet about this on Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *