Antigone, Jean Anouilh

antigone

 

 

Quel destin tragique que celui d’Antigone.

Jeune fille au coeur pur, résistant à l’autorité et aux volontés des hommes n’écoutant que sa détermination et ses sentiments, Antigone est le personnage tragique par excellence, son destin scellé dans la pierre semble inévitable.

Cette pièce de théâtre est une réécriture d’Antigone de Sophocle. L’écriture en prose est aisée et très accessible, les personnages sont très crédibles, Créon fait presque peur, les didascalies le décrivent précisément dans toute sa tyrannie. L’affrontement avec Antigone est puissant et plein de force. La jeune fille demandant l’inacceptable met son oncle au pied du mur. Celui-ci malgré des sentiments véritables ne peut renoncer à sa crédibilité et fait preuve d’autorité en ordonnant et en scellant le destin tragique d’Antigone.

Cette lecture est intéressante et riche, on s’attache à cette jeune fille, on aime sa force, sa modestie et surtout sa volonté.

Petit détail cependant et non négligeable : le prix excessif de ce petit livre qui ne possède aucune préface, aucune analyse quelconque et qui ne fait que 123 pages … Quand on souhaite le faire lire et le faire découvrir à ses élèves, ça fait réfléchir …

 

CategorieRacine

Logo Livraddict

Partager sur :
Share on Facebook0Tweet about this on Twitter

6 commentaires


  1. c’est noté pour le challenge! Une pièce que j’aime beaucoup et dont les relectures ne me parlent plus de la même façon maintenant que quand j’étais plus jeune

    Répondre

  2. J’ai du l’acheté pour l’école quand j’étais au lycée, et franchement, ça ne m’a pas posé de problème, parce que ça a vraiment été une lecture que j’ai apprécié (même si aujourd’hui, je n’en ai que peu de souvenirs) !

    Répondre

    1. Peut-être pourras-tu le redécouvrir pour le plaisir 🙂 Bonne lecture 🙂

      Répondre

  3. Une copine me l’a offert mais on l’a trouvé dans une librairie d’occasion. Je ne trouve pas Créon effrayant et c’est bien là le problème pour moi.

    Répondre

    1. Pour avoir vu la pièce jouée sur scène je trouve Créon très crédible … Maintenant, peut être -sans doute – le trouveras-tu plus effrayant dans le texte originel de Sophocle …
      Chez Anouilh, dans l’échange entre Créon et Antigone, le côté paternel, protecteur du roi pour sa nièce apparaît clairement, il est plus « sentimental » que chez Sophocle, c’est peut être ça qui le rend un peu trop bienveillant et gentil à tes yeux.

      Répondre

      1. Merci pour ton commentaire cependant ! Au plaisir de te lire !

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *